occitan

art & littérature

 

 

courrier

 

L’âme de l’auvergne 1998 Sony Music

« bourrées valses scottish marches polkas »

 

 

 

D

ans ce disque au demeurant passionnant et pourvu d’une assez jolie pochette, pas de paroles ! Et des titres en graphie patoisante non traduits et parfois parfaitement fantaisistes.

J’ai décidé de me fendre de transcriptions et commentaires garantis grand cru local.

Par ailleurs et comme on va le constater à la lecture des textes, ces morceaux sont loin d’être spécifiquement auvergnats, ils ne sont pas même nord-occitans mais plutôt, en général, nord-languedociens et même (a priori) ils pourraient bien être rouergats (de Paris).  « Auvergnat » n’est pas une appellation contrôlée et les prétendus « Auvergnats de Paris » étaient souvent de l’Aveyron ou de la Lozère.

 

 

1. Lo Marianno fiolerbo. Il faut lire Lo Morianno fiolabo c’est à dire : (Quand) Marianne filait (la laine, évidemment). (graphie oc. La Marianna fialava) On se demande ce que pourrait signifier « fiolerbo ».

 

2. Lo Mourolliado (La moralhada)

1928

Martin Cayla (1889-1951) chant, cabrette

Paul Demay, accordéon.

JP Goudounesque, transcription et traduction.

 

Vai vai vai moralhada

vai vai vai te lavar (bis)

Quand tornaràs, moralhada,

Quand tornaràs dansaràs (bis)

 

Lo cocut canta miga

Canta pas lònh d’aicí (bis)

reguilha dins l’Auvèrnhe

Respond dins lo Carcin

gu-el canta dins l’Auvèrnhe

Respond dins lo Carcin

 

Fai-lo cornard ma filha

Ton paire v-o èra ben (bis)

Quand tornaràs, moralhada,

Quand tornaràs dansaràs (bis)

 

L-ai vist lo lop la lèbre

e lo rainal dançar (bis)

Fasiáun lo torn de l’aure

Sans poire s’atrapar (bis)

Va va va barbouillée

Va va va te laver

Quand tu reviendras barbouillée

Quand tu reviendras tu danseras.

 

Le coucou chante, amie

Il chante non loin d’ici

S’amuse en Auvergne

Répond dans le Quercy

Il chante en Auvergne

Répond dans le Quercy

 

Fais-le cocu ma fille

Ton père l’était bien

Quand tu reviendras barbouillée

Quand tu reviendras tu danseras

 

J’ai vu le loup le lièvre

Et le renard danser

Ils faisaient le tour de l’arbre

Sans pouvoir s’attraper.

 

Mes parents, originaires du Lot, connaissaient cette chanson, sous le titre de camaiada (voir aussi camaisada) « noircie, barbouillée de noir » plutôt que morralhada (museler, barbouiller selon Alibert )

Voici une version différente donnée par jérôme Loubière dans son cansonièr roergat

 

Un dénommé « Broc » me fait sur « soc-culture occitan » un vilain procès concernant des formes qu’il juge « languedociennes » . Vu le ton de son article, il ne mérite que le mépris (il me qualifie ni plus ni moins de « Nazi » et de « criminau »). J’ai cependant corrigé les erreurs et ajouté les variantes éventuelles qu’il  signale si peu aimablement, sans m’en faire part au demeurant. Son mai que guerlhes aquelses auvernhats…

 

La camaiada

Repic: Vai, vai, vai, camaiada

Vai, vai, vai, te lavar

Quand tornaràs camaiada

Quand tornaràs, dançaràs !

2/ Que fas mal penchenada,

D'aquel pel eissagat?

Coma una colhonada

De cambe mal fargat!

4/ Per dançar la borrèia

Cal aver pel lusent,

E plan genta liurèia

E visatge plasent!

 

1/ De que fas, camaiada,

D'aquel morre burrèl?

Òm diriá qu'as lecada,

La barra del fornèl!

 

3/ De que fas pelhandrosa,

D'aquel saile esquinçat?

Siás pas donc vergonhosa

De ton esclòp traucat?

 

5/ Quand te seràs lavada,

Cambiaràs de faudal,

Alara, plan pimpada,

çai tornaràs al bal!

 

6/Te vesent polideta,

Serai lèu amorós,

Al son de la cabreta,

Farem un torn, e mai dos!

 

3. L’aigo de roso (L’aiga de ròsa) 1928

Martin Cayla cabrette, chant

Cette chanson figure chez Canteloube célèbre ardéchois auteur des Chants d’auvergne (dont on ne trouve pas les textes sur internet) sous le titre à la graphie phonético-pathétique « l’aïo de rotso » (L’aiga de rocha) ce qui indique une provenance nord-occitane. En passant au sud-occitan, l’eau de roche est devenue assez curieusement de l’eau de rose. Si l’eau de roche (de source) peut effectivement indisposer celui qui la boit, l’eau de rose paraît de tout repos.

 

L’aiga de ròsa te farà morir pecaire

L’aiga de ròsa te farà morir

Te farà morir aquela aiga aquela aiga

Te farà morir aquela aiga de vin / vitz ?

 

Se una filhèta te vòl maridar pecaire

Se una filhèta te vòl maridar

N’i cau pas donar d’aquela aiga d’aquela aiga

Donas-li de vin per la faire degordir

 

L’òli de nose te poiriá garir pecaire

L’òli de nose te poiriá garir

te poiriá garir aquela òli aquela òli

te poiriá garir si ti te vòl pas morir

L’eau de rose te fera mourir pauvre

L’eau de rose te fera mourir

Elle te fera mourir cette eau cette eau

Elle te fera mourir cette eau de vin / de cep ?

 

Si une fillette veut t’épouser pauvre

Si une fillette veut t’épouser

Il ne faut pas lui donner de cette eau de cette eau

Donne lui du vin pour la dégourdir

 

L’huile de noix pourrait te guérir pauvret

L’huile de noix pourrait te guérir

Elle pourrait te guérir cette huile, cette huile

Elle pourrait te guérir si tu ne veux pas mourir

 

4. Lo grondo (La granda) 1929

Henric MONTBOISSE (1889-1960) acordeon

Julien Latorre banjo.

 

5. La Fille du Fermier  1938

En français... le traitre, mais bon, je donne quand même les paroles qui sont émouvantes. Gloups...

Jean SEGUREL. Accordéon, évidemment.

Roger FAURE Jeanne BROUSSE. chant.

 

C’était la fille d’un fermier, ô grands dieux qu’elle était belle (bis)

Elle a donné ses amitiés à un garçon qui part pour l’armée (bis)

 

Que me diront papa et maman en voyant ma taille changée ? (bis)

Viens cher amant (?) sans plus tarder car il faut vite nous marier. (bis)

 

Quand j’aurai fini mon congé ô mon aimable petite (bis)

Si tu n’es pas déjà mariée je reviendrai je t’épouserai. (bis)

 

 

10. L’aoure de la combo torto (L’aure de la camba tòrta) 1932

Martin CAYLA acordéon, chant

 

Diu garde aquel que l’a plantat

L’aure de la camba tòrta(bis)

Que sans aquel ieu seriá mòrt

L’aiga m’auriá poirit lo còrs  (bis)

                            2 :   mon còrs

 

Aimariá mai a mon costat

Una botilha qu’una filha (bis)

2 : Aimariá mièlh…

Una botilha la beuriá

Apressa filha t’aimariá (bis)

 

Ma maire quand m’aurètz perdut

M’anassiatz pas cercar a la gleisa (bis)

Mès anatz dreit al cabaret

Redde serai coma (un) piquet (bis)

 

Ma maire quand ieu serai mòrt

M’enterarètz dins una cava

Les pès virats a la paret

Lo cap dejós lo robinet

Dieu garde celui qui l’a planté

L’arbre à la jambe tordue

Car sans celui-là je serais mort

L’eau m’aurait pourri le corps

 

 

J’aimerais mieux à mon côté

Une bouteille qu’une fille

Une bouteille je la boirais

Après, la fille, je t’aimerais

 

 

Ma mère quand vous m’aurez perdu

N’allez pas me chercher à l’église

Mais allez droit au cabaret

J’y serai raide comme un piquet

 

Ma mère quand moi, je serai mort

Vous m’enterrerez dans une cave

Les pieds tournés vers le mur

La tête sous le robinet

 

11 Préto lou mé (preta lo me) 1931

 

Martin Cayla accordéon

Mme M Gourselas chant.

 

Preta-lo me ton cause ton cause

Preta-lo me zo te tornarai ben (bis)

Prête-le moi ton chose ton chose

Prête-le moi, je te le rendrais bien

 

Dèvi confessar qu’aviái pas comprés çò que disiá Madama Gorselas… Mès lo denommat Matieu Hebrard me mandèt la seguida…

 

 

zo t’ai dejà prestat mon causa mon causa

zo t’ai dejà prestat zo m’a tot abimat

je te l’ai déjà prêté , mon chose…

je te l’ai déjà prêté tu (me) l’as tout abîmé

 

 

13. Les Garçons de la Montagne (Les Garçons de la Montanha) 1946

Marcel BERNARD cabrette

Adrien BRAS : accordéon

Martin CAYLA, chant

Selon J-M. Combette de Saint Laurent de Muret en Lozère, qui signale aimablement une variante connue de son aïeul (regrèton pas lo pais de la ginçana  « le pays de la genciane » au lieu de regrèton pas lo país ni mai lo mèstre) il s’agirait peut-être d’une ancienne chanson de buronnier. Son écoute attentive du morceau m’a permis de faire des rectifications importantes, qu’il en soit remercié.

On a dans la seconde strophe le portrait du facteur, ce riche fonctionnaire paresseux qui mange de la dinde et du gâteau. Mon père m’a souvent dit que dans les années de sa jeunesse, (194...) le facteur à la retraite passait pour l’homme le plus riche du village et excitait une certaine jalousie malgré un train de vie qui nous paraitrait bien modeste.

 

 

Son davalats les garçons de la montanha

Son davalats quand an ‘gut tot acabat (bis)

Regrèton pas lo país nimai les mèstres

Regretariáun una miga se n’avián. (bis)

 

L’ai vist passar lo factur davant la pòrta

l’ai vist passar mès de lètras n’aviá pas (bis)

Portava  un piòt, una foaça sus l’espatla

Portava un  piòt e cercava de rencóst. (bis)

 

                                        

Son davalats les garçons de la montanha

Son davalats quand an ‘gut tot acabat (bis)

Èron partits per anar faire campanha

Son revenguts e portàvan dels escuts (bis)

 

Ils sont descendus les garçons de la montagne

Ils sont descendu quand ils ont eu tout terminé

Ils ne regrettent ni le pays ni les maîtres

Ils regretteraient une amie s’ils en avaient une.

 

Je l’ai vu passer, le facteur, devant la porte

Je l’ai vu passer mais de lettres, il n’en avait pas

Il portait une dinde, une fouasse sur l ‘épaule

Il portait une dinde et cherchait un lieu pour se cacher (d’après « Broc »)

 

Ils sont descendus les garçons de la montagne

Ils sont descendu quand ils ont eu tout terminé

Ils étaient partis pour aller faire campagne

Ils sont revenus et ils portaient des écus

 

 

20. est intitulée La bororiaire. Il s’agit évidemment de « La bouriairo » (g. oc. La boriaira) qui signifie « la fermière ».

 

de contunhar…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Botat sus la rantiala lo 16 de mars 2006

modificat pel darrièr còp

 lo 21 de octòbre 2007