Parlem n°80 PRIMA DE 2003 –2004

acuèlh

 

2 Edito : F. ConherÀs :

 Il est important d’écrire notre langue

Voilà qui devrait nous réjouir : les défenseurs du patois sont toujours plus nombreux (nous avions déjà noté ce phénomène) et certains observent avec raison que cette sympathie croît au fur et à mesure que le dit patois s’éteint. Si j’avais envie de plaisanter, je dirais que cela promet du monde pour l’enterrement ! (...)

 

3 Texte historique : J. VEZÒLA.

 Arrendamen d’una montanha en Aubrac en 1527

Aquí l’avètz tal que saguèt escrich per me Vaysseyras, notari, da Montsalvy. (Arkius del Cantau, 3 E 232, 1362, f° 8 verso).

L’an mil cinq cens vingt et sept e lo noveme jorn del mes de jung, en lo castèl de Coffinhial, parroquia de Montsalvy, diocese de Sanct-Flor, personallamen se sont stablis nobles Loys de Montsalvy, Anthoni de Theminas et Margarita,filhia del noble Loys et fama deld. de Theminas, (...)

 

4 rendut-compte : J. P. GODONÈSCA.

MAX ROUQUETTE DRAMATURGE

Serada audiovisuala a la facultat de las letras dins l’encastre del cercle occitan universitari de Clarmont organisada lo 12 de FEBRIÈR 2004 pel professor C. BONNET

Aguèri l’ocasion dins Parlem 79 de vos far lo rendut-compte de la plan interessanta serada lectura organisada al mes de novembre al café dels Augustes pel compte del Cercle Occitan Universitari. Aqueste còp arribèri pas en retard e pr’aquò la serada aviá dejà començat, qu’èran preissats : la facultat deviá barrar a las detz oras trenta.. (...)

 

5 una vielha legenda J. VESÒLA

 Joan qu’aviá totjorn de la chança

Joan de chas Clavelon èra d’un pichon ostau, mès èra nascut amb la crespina, coma se dis. Lo curat trobèt qu’aviá bona tèsta e, quand aguèt dotze ans, lo mandèt al seminari. Joan i faguèt sas classas, mès volguèt pas faire curat. Estimèt mièlhs se-n anar pel país per vèire se podriá faire fortuna.  (...)

 

6 Racònte Tòni CHAPÚS :

Ulisses e los pastres d’Arcadia

Vene de passar las fèstas en bona companhiá. Vos o explique lèu fat. Ma filha, l’ainada, aprofeitant qu’aviá, z-ela, eissublat (oblidat/essoblidat) los bericles enchamplai a-n Èbra, que lo filhat, son òme, aviá besonh de s’eiboutar son grand sa(d)ol per los sucs sandarós de Maigau, qu’ère ieu, ni pauc ni mins, blocat a l’estau una gròssa mesada per ordonança delh mètge emb (amb) una costeleta petada de fresç e una pauta en chaumatge tecnic(...) ma filha, doncas, m’aviá laissat son drollon, ad libitum, emb un poiòu (pojòl/òu) de devers de vacanças espés coma un cadastre. (...)

 

 

 

9 Avèm legit : TIENE CODÈrt

De gergovie à aujourd’hui, les arvernes de Paul Chomilier.

 Voici enfin, édité par la Galipote de Marc Gachon, le livre passionnant d’authenticité et d’intérêt de Paul Chomilier, après une dure gestation éditoriale.

   Dans le cadre d’un roman historique où l’auteur est frappé par l’aveuglante ressemblance d’une civilisation (et langue ou ce qu’il en reste) celtique, puis celto-romane de son village : Arnhat / Lorgno, sur les “Côtes” avoisinant Clermont d’Auvergne. Pour lui, la civilisation rurale du vieux village Arverne n’avait que très peu évolué jusque dans les années 1930, la période moderne qu’il a vécue. (...)

 

10 assai. Joan ROS : Un grand escriveire delh sègle XX George Orwell

« Totes los animals son egals, mas d’unes son mai egals que d’autres ! »

Aquela frasa, plagiada per mai d’una persona, es la pèira angulara d’aquelh petit mas genial roman de George Orwell  Animal Farm[1]. Es lo simbòl avant tot e de delai la condemnacion delh regime sovietic, de la traïson e delh detornament de la revolucion sociala. Se pòt lai chaupre la critica la mai agusada contra l’ideologisme sauvador e redemptor, que li faguèt tant paur e contra lo quau lutarà sempre, e que menarà la denóncia chap a son paroxisme dins 1984[2]. (…)

 

 ♥ 13 Novèla. J.-P  GODONESCA :

 

Las tenebras de San Martin. (VI)

La massa negrinèla se botèt vistament a passionar lo país, e mai lo monde entièr. La prumièra reaccion aviá estat de temptar de la dissipar, ambe las lanças d’incendi dels vilatges vesins. Los rajòls poderoses dirigits devèrs la vapor nechilhosa aguèron pas d’autre efièch que d’enfonzar dins las tenèbras, coma lo cotèl dins lo burre fresc. (…)

 

14 Tribune liura : F. ConherÀs : Leurs programmes, leur télévision.

Je me rappelle avoir lu dans un avis de recouvrement de la redevance-télévision, il y a déjà quelques années, les expressions « vos programmes télévisés », « votre télévision ». J’étais ainsi invité à m’approprier les émissions radiodiffusées et télévisées des grandes chaînes publiques françaises. J’avoue avoir reçu sans joie ce don – pas gratuit. Je me suis senti plutôt fâché ! Il est vrai qu’ « il y a des gens Monsieur, pour leur faire plaisir on se demande ce qu’il faudrait faire ! »

Je fais partie de ces gens difficiles, bien sûr, toujours mécontents. Mais est-ce vraiment impossible, en matière d’émissions culturelles et récréatives de sortir un peu de cette vision centralisée qu’est la leur, incurablement la même, confinée dans sa vulgarité, ses préjugés et sa bienpensance ? (Car il y a une néo bien-pensance qui, en même temps qu’elle affiche toujours le pire cynisme, se croit le droit de dénoncer des « méchants » !)

 

BD de Bertrand CHAMPEL

 

 ♥ 15 Las vaissas avián folhat : F. DAVAL

Lo pelerinatge (II).

Lo monde començan de s’aturar. Lèu presque totes los bancs son ocupats.  N’i a que venon amb de las cadièiras que se plègan. Lo Pèire passa davant amb la Joseta, lo Cristian e los dos pichons de l’Enriqueta. Tota desalenada la Rosalia arriba. Amb d’autres joves lo Joan Pèire demòra quilhat al fons. Plòu pas mès lo cèu es totjorn gris. A la beveta i a pus gaire degun.. (...)

 

 

   Niòrla : J. VESÒLA :

Barrar lo cotel

Aquò èra una vièlha costuma : barrar lo cotèl voliá dire que lo despartin èra acabat e que se caliá levar de taula. Dins las boarias, aquò èra lo boièr-grand que lo barrava lo premièr, e totes les autres deviaun còp-sec faire coma gu-el. E un cotèl barrat se tornava pas durbir, sustot chas les autres. (...)

 

♥ 16 avèm legit Tiène CODÈRT

Les Protestants du Livradois                             cf Parlem VIQP!N° 18                

      du XVIe au XVIIIe Siècle                                                           

par Michel BOY et Thierry REMUZON ; édité par le GRAHLF *

(Groupe de Recherches Archéologiques et Historiques du Livradois-Forez)   d’Ambert - 63600            Collection « Chroniques historiques du Livradois-Forez »

                                                     Hors série N° 39-2003.                     Prix: 30 €

Après l’ouvrage de Jean-Claude Dumont, à Maringues & le colloque de Clermont(Actes: 21-23 mai 1986 ARGHA) et l’exposition à la Caisse d’Epargne de Maringues, puis au CRDP, la recherche récente nous avait permis de découvrir l’importante communauté protestante de Maringues placée sous l’autorité des Ducs de Bouillon-Turenne ; Eglise “licite” depuis l’Edit de Nantes (1598) jusqu’à sa Révocation (Edit de Fontainebleau.1685)Puis l’émigration des tanneurs en Hesse (Allemagne) qui ont conduit au jumelage Kelz-Geismar // Maringues dans la période contemporaine.

. Les travaux de Joël Fouilleron, de la région de St-Flour (15) La foi gardée. Destin d’une minorité huguenote dans les Hautes terres d’Auvergne & Colloque d’Aurillac 1990- etc...nous avaient permis la redécouverte des communauté du Haut-Allier, Margeride, St Flour (dragonnades...), Murat et région d’Allanches. Eglise “licite” de La Gazelle.

. Pour Issoire, l’opposition conjointe des notables de la ville, du Clergé local et de l’Evêque pour un lieu de culte protestant dans les faubourgs d’Issoire ont conduit vers 1618 à l’église “licite” - le prèche - qui sera accordé “outre Allier” sur la terre royale d’Usson, à Parentignat, selon M. Achard Le prèche de Parentignat 1618-1685.

 

Voici désormais que Michel Boy et Thierry Remuzon - descendants d’une des familles huguenotes ROURE - MALHAIRE - viennent par leur travail monumental de recherche nous faire partager la vie, depuis ses premiers établissements jusqu’à la Révocation puis la conversion plus ou moins réelle et l’exode d’une partie non négligeable de la Communauté R.P.R.* de Palhat, Commune de Job, près d’Ambert, avec d’innombrables citations d’archives et références scientifiques des plus sérieuses. (…)

 

♥ 17 Istoriòta. F. CONHERÀS :

Quò n’èra v-un qu’èra ‘nat a París par admirar la capitala. Sautava pas sovent de son « bled ». Èra pas tròp desgordit, parlava mièlhs le patoès que le francés e se rendia pas bien compte que son patoès èra pas comprés sobre tota la tèrra.

Pr’aquò, quand siguèt davalat a la gare de Lyon, aguèt le temps de bien se promenar e, mai las maisons l’empaichèsson quauque pauc de veire París, veguèt bien de bravas chausas : Nòstra-Dama, le « Louvre », la tor « Eiffel » e sabe ieu de qué.

Sobre le còp de mièg-jorn, o benliau un pauc après, la fam le ‘trapèt. Mas veguèt pro de monde que minjavon, darrièr de las vitras dins çò qu’avion le biais de ’pelar de las « brasseries ». Se decidèt par v-una, entrèt, se sitèt.(…)

 

♥ 17 Cronicas dau Liuradés. T. CODÈRT :

 

Nar correr las filhas…

Las filhas, quo le tracassava pas de moai, le Paulichet. Dau temps de l’Escòla Normala, àvia oblidat son amoreta de vèsTièrn, bei la Glaudeta. La separacion e l’eslonhament, vès Clarmont, quo vódia dire qu’aquó fuguèt tòst oblidat. Dins los Movaments de Jounèssa, Esclairaires e Francamarades, ilhs avion impausat e organisat la mixitat e par chabar, dins las Aubèrjas de la Jounèssa, autogeradas e pro d’avança par las idèias, lai fàsion mèma l’educacion sexuala dins los ‘stages e las velhadas.

   La duretat de l’activitat fisica laissava pas totjorn de leisers par s’ocupar de sègre las dròllas par lhor propausar de besunhas “v-ontosas”. (…)

 
Bòsc gravat de Clamenç LECA, dessenh de Georges sarre JP godonesca

 

E se per comemorar lo centenari,

 l’occitan veniá  lenga oficiala de l’Estat Francés ?

 

19 JP Godonesca : Prepausicion

Quò fai aqueste an cent annadas tot bel just que lo Frederic Mistral foguèt recompensat pel prètz Nobel per son òbra literaria en Provençal. Lo felibritge prepara de ceremoniás, d’amassadas (n’i a agut a Nimes lo sieis de març e n’i aurà encara). Mas un prètz Nobel, quò fai de Mistral mai que lo capolièr d’una escòla literaria, encara mai que lo simbòla de la dignitat de la lenga occitana.(…)

naut de pagina tornar

 

 

 

 

 



[1] La Bòria de l’Animalum

[2] Mila-nòu-cent-quatre-vint-quatre