occitan

art & littérature

 

 

PETIT BILLET CITOYEN

Par JEAN-PASCAL GOUDOUNESQUE

 

 

 

 

 

courrier

 

 

Ce matin 7 août 2003 j’écoute Europe Info ou CAC 40 la radio de l’économie (je les confonds un peu toutes les deux) et qu’ouïs-je ?

 Le gouvernement de M. Raffarin a pris la sage décision de renflouer l’entreprise Alstom. Attention, il ne s’agit pas d’une nationalisation ! précise le responsable (pourquoi le précise-t-il ? Qui oserait le penser ?).

L’Etat prend seulement la majorité au conseil d’administration.

 

M. Holland, porte-parole du Parti Socialiste ne voit rien à redire à cette décision. Etonnant non ?

Un autre interrogé, réclame le même traitement pour Péchiney !

Seul le représentant de l’Union Européenne la trouve dure à avaler.

 

Nous autres fonctionnaires, nous devons le comprendre,

Entre un renflouement d’entreprise de droite (pragmatique, sauveuse d’emploi) et une nationalisation de gauche (idéologique, gaspilleuse de fonds publics) il y a un monde !

 

Les cadres d’Alstom vont pouvoir continuer à toucher de bonnes payes malgré les erreurs qui ont conduit leur chère entreprise à la faillite, les employés d’Alstom vont pouvoir continuer à cotiser pour toucher leur retraite, vers 2079 s’ils échappent d’ici là aux  « plans sociaux ». Cet été ils peuvent partir en vacances l’esprit tranquille : M. Raffarin gère de façon pragmatique les finances publiques.

 

Comprenons qu’un cadre d’entreprise incompétent vaut mieux qu’un fonctionnaire efficace. (il y en aurait ?!)

Que donc l’argent public est mieux placé dans les trous creusés par Alstom que dans ceux des caisses de retraite.

 

Et surtout : Vive le libéralisme ! (mais chut !)