Prononciacion dau Auvernhat-naut dins le tèxte de Roy

 (phonétique « française » d’après Joan Julhard)

 

Les consonnes

 

La palha : lh [y] « la paille » ;

ganhar : nh [ny] «gagner»;

un jo : j [dz] «un joug» ;

ges : g +e, i  [dz] « pas du tout» ;

chamin : ch [ts] «chemin».

 

La mouillure des consonnes :

 

Devant i et u les consonnes sont « mouillées » :

aquí : [atyi] « là » ;

la cima : [la chimo] « la cîme » ;

dire : [dyire] « dire » ;

un libre : [lyibre] « un livre » ;

la luna : [lyuno] « la lune ».

 

Les groupes de consonnes

 

gl [ly] : la gleisa : [la yèyzo] « l’église » ;

cl [kly] : la clau : [klyau/ kyau/ tyau] « la clef » .

 

 

Les consonnes finales

 

 Elles ne se prononcent généralement pas.

En finale : -l :

un chapèl [tsapè]  « un chapeau » ;

 

-an [ò] 

dau pan [dòpò]  « du pain »

 

 

les voyelles

 

-a final [a] :

la jornada [journada/o] « la journée ».

las jornadas[journada] « les journées »

-an [ò] 

dau pan [dòpò]  « du pain »

e è [e français, è français]

La lèbre : [lèbre] « le lièvre ».

o, ó [ou / u]

un poton : [poutou] « un baiser » ;

eirós : [irou] « heureux ».

ò [o]

un còp : [ko] « une fois ».

 

Les diphtongues

 

Elles sont simplifiées

ai : fraire : [frère] « frère » ;

au  aucel/ausel : [ocè/ozè] « oiseau ».

: [yo] un fuòc [fio] « un feu » ;

iu : [you/yu] viu « vif »;

uo : cuol : [tyou/tyu] « cul, derrière ».

ue : uel [eu français] : « œil »

 

L’accent tonique

 

Il est situé

- sur l’avant-dernière syllabe s’il n’y a pas de signe diacritique ou accent :

chanta : [tsAnto] « il chante ».

-sur la syllabe finale s’il y a un accent (aigu ou grave) sur cette finale :

chantará : [tsantarO] « il chantera ».

-sur la syllabe finale s’il y a une consonne finale autre que s :

chantar : [tsantA] «chanter » ;

chantats : [tsantA] « chantés ».

(d’après Joan Julhard)